Les français et les règles

Ou le mystère de la ligne jaune.

Vous qui êtes déjà allés dans un aéroport, vous savez comment reconnaître un français d’un américain ?
C’est simple : l’américain attend sagement son tour dans la file DERRIÈRE la ligne jaune. Comme c’est écrit partout.

À l’évidence, ce type est un crétin.

Aux yeux des français tout du moins. Ben oui, nous autres français savons pertinemment que les règles sont faites pour les autres… Mais pourquoi me demanderez-vous ? C’est simple : le Français, le vrai, l’unique, enveloppé dans sa morgue légendaire, est plus intelligent que la règle. Elle est faite pour les autres, ceux de plus basse condition, les neuneus. En plus c’est évident que non seulement ça ne peut pas faire de mal si on dépasse un peu cette foutue ligne, mais on peut carrément se coller à notre prédécesseur au guichet, comme ça on ira plus vite !

Je me demande si beaucoup de ces gens profitent de leur intelligence supérieure pour se demander à quoi sert cette règle. Elle ne s’est pas auto-proclamée dans tous les aéroports du monde quand même… si ?

Bref, vous voyez où je veux en venir : plutôt que se croire au-dessus des règles de part notre suprême intelligence – mais surtout à cause de notre individualisme forcené – il faudrait se rappeler qu’en troupeau, nous ne valons guère plus que n’importe quel autre mammifère, et que l’intelligence d’un groupe est inversement proportionnelle à sa taille.

Mais revenons à notre ligne jaune.

Cette ligne jaune traverse une grande pièce, où environ 20 files d’attente s’organisent paisiblement afin de contrôler les passeports. Que se passe-t-il quand les autres files se vident et qu’on se retrouve derrière une gentille famille de 7 iraniens et qu’on se sent légèrement floué parce que ça fait à peine 42 minutes qu’on attend là, bêtement ?
La file à droite est vide, la file à gauche est vide aussi…

Et bien c’est là que la situation se corse ! Car oui la règle est d’attendre là où le préposé a dit d’attendre mais bon… faut pas être trop demeuré non plus ! Donc, on change de file, on se fait engueuler par le préposé et on se dit qu’on est quand même moins con en France surtout quand il s’agit de dépasser une bête règle qui ne s’applique plus, alors que dans le même temps, le dit préposé américain se dit surement que je suis un con de français qui se croit supérieur aux règles…

Sur ce, je vous laisse, c’est mon tour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *